Vivre à Franconville

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Franconville, la ville où les trottoirs disparaissent…

Réponse

Tribune publiée dans le journal municipal d'octobre 2017

Depuis plusieurs années, nous nous opposons à la politique de bétonnage initiée par la municipalité et son « grand architecte » Francis Delattre. Après l’adoption du Plan Local d’Urbanisme en 2009 et pas moins de quatre modifications, chaque Franconvillois peut mesurer les effets de ces constructions anarchiques : densification excessive, disparition des espaces de respiration, mitage des quartiers pavillonnaires, problèmes de stationnement et de circulation, sur-occupation des équipements publics (écoles, piscine municipale, …), augmentation des dépenses et des impôts, …

Parmi les effets les plus visibles au quotidien, ce sont la disparition des trottoirs qui fondent à vue d’œil, notamment sur les axes les plus fréquentés et donc stratégiques. C’est le cas de l’avenue Maurice Berteaux, chantier permanent, qui est régulièrement saturée et où les piétons ne peuvent plus se croiser sans descendre sur la chaussée. Pareil pour la rue de la Station dans sa partie « nord » ou encore pour la chaussée Jules César. Tout est fait pour compliquer les circulations piétonnes. Ceci est d’autant plus incohérent que la mise en œuvre du stationnement payant aurait dû s’accompagner d’une réflexion globale sur les déplacements piétonniers.

Ces décisions sont totalement irresponsables et inconséquentes.

IRRESPONSABLES car ceux qui ont pris ces décisions, notamment Francis Delattre, ne seront plus là dans les prochains mois pour en assumer les conséquences. Ce n’est pas la nouvelle équipe désignée en décembre prochain qui pourra changer la donne. Ce seront les mêmes, sans vision, sans idée !

INCONSÉQUENTES car ces constructions anarchiques seront des handicaps durables pour la commune. Comment peut-on imaginer à l’avenir la création d’une piste cyclable sécurisée sur la chaussée Jules César alors que les immeubles construits sur le secteur de Franconville n’ont pas le retrait suffisant ?!

Franconvillois de longue date ou plus récent, propriétaire ou locataire, chacun doit trouver à Franconville le cadre et la qualité de vie qu’il est en droit d’attendre. D’autant plus que nous vivons dans une ville du département où les impôts locaux, déjà élevés, ont augmenté en 2014 et 2016.


Voir aussi

Réponse

Démagogie fiscale : les élections municipales approchent …

Tribune publiée dans le journal municipal d'avril 2018 Le Parisien-Val-d’Oise, la Gazette du Val-d’Oise, le journal municipal … c’est avec tambours et trompettes que le nouveau désigné-maire a...

Lire la suite

Réponse

À peine élu, la promesse de transparence déjà trahie !

Tribune publiée dans le journal municipal de mars 2018 Lors de son discours de prise de fonction le 21 décembre dernier, le nouveau maire de Franconville s’était engagé, le cœur sur la main, à une...

Lire la suite