Vivre à Franconville

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La municipalité, premier employeur de Franconville, doit assumer ses responsabilités

Vivre à Franconville - Décembre 2017 - Personnel municipal

DocumentTélécharger (PDF)


Tentant en vain de diviser les Franconvillois et l’opposition municipale sur le thème « vous critiquez notre politique, donc vous n’aimez pas votre ville et ses habitants », la municipalité cherche dorénavant à diviser les personnels municipaux et l’opposition municipale avec un élément de langage simpliste « vous critiquez nos décisions, donc vous mettez en cause les personnels municipaux. »

Ce fut malheureusement le cas lors de la commission des finances du jeudi 30 novembre, parce que nous avions mis en cause le rythme de nettoyage des draps des dortoirs des écoles maternelles, qui est passé de 15 jours à 1 mois, la fermeture unilatérale des accueils de loisirs les 26 décembre et 2 janvier, ou encore la réduction à venir des horaires des accueils de loisirs. Deux choses très simples :

1. La critique de la politique de la municipalité n’implique aucune mise en cause des personnels municipaux. Qui prend les décisions dans la commune ? Les élus ! Donc, lorsque nous critiquons les décisions de la municipalité - c’est le cas des décisions ci-dessus -, ce sont bien les choix des élus avec lesquels nous sommes en désaccord. Encore une fois, la majorité municipale fuit ses responsabilités, en reportant ses décisions et leurs conséquences sur les agents municipaux. Manque de courage ou preuve de lâcheté …

2. Le discours sur le « dévouement » des personnels municipaux est sympathique. A vrai dire, il est sans aucun doute juste, mais, surtout, il ne coûte pas cher. En matière de reconnaissance au travail, les discours, c’est bien, mais les actes c’est mieux ! Et, en l’occurrence, les actes ne sont vraiment pas au rendez-vous. La municipalité est si attachée « aux personnels dévoués qui travaillent auprès de nos enfants » que :

– la journée de travail des ATSEM ne comporte que 20 minutes de pause déjeuner sur une journée de travail de 8h30 à 17h00. Leurs conditions de travail difficiles, la trop grande diversité de leurs missions, leurs horaires de travail et leur nombre insuffisant sont autant de situations inacceptables. Nous interpelons la municipalité depuis plusieurs années sur cet enjeu majeur en termes de qualité de vie au travail : aucune réponse, « circulez, il n’y a rien à voir » ;

– beaucoup des personnels des accueils de loisirs sont vacataires et attendent depuis plusieurs années des contrats de travail. La précarité de celles et ceux qui travaillent auprès de nos enfants n’est jamais une bonne nouvelle. L’épanouissement de nos enfants passe également par la situation des agents, qui, sur le plan de leur statut, doivent être sécurisés ;

– le turn-over au sein des équipes des accueils de loisirs n’a jamais été aussi important, même parmi les personnels de direction. Ceci est symptomatique d’un malaise grandissant, qui doit nous alerter sur le sort des agents, leurs conditions de travail, leurs horaires, leurs possibilités d’évolution, leurs missions et leurs moyens au service de l’animation ;

– l’entretien ménager des écoles (hors personnel ATSEM) a été délégué à une entreprise privée depuis plusieurs mois, qui, par ailleurs, suscite des plaintes. Le transfert à une entreprise privée d’une mission de proximité conduit, dans le cas présent, à une baisse de la qualité de service. C’est pour cette raison que nous nous y étions opposés.

À Franconville, comme ailleurs, une autre politique est toujours possible.
La municipalité semble l’oublier !


Voir aussi

Réponse

Une TRÈS chère bonne année 2018 !

Tribune publiée dans le journal municipal de février 2018 Le samedi 13 janvier dernier, les vœux du nouveau maire de Franconville étaient organisés à 19h00 au CSL. Nous y étions présents, afin de...

Lire la suite

Vivre à Franconville - Décembre 2017 - Parcelles Arline

À Franconville, c’est Bouygues-Immobilier qui décide … ?!

Télécharger (PDF) Madame, Monsieur, Chers Franconvillois, Le 11 décembre 2017, la majorité municipale a voté la cession de terrains municipaux à Bouygues pour la construction de 186 à 264 logements...

Lire la suite